LOUVOIS — 116 000 anomalies recensées, pour les 170 000 militaires de l’armée de terre, de la marine et du service de santé (l’armée de l’air, devant le désastre, a différé la décision de basculer dans le système). Les trop-perçus s’élèvent à environ 200 millions d’euros par an. Un plan d’urgence est lancé fin 2012. Près de six cents contractuels ont été recrutés pour gérer les bugs.

http://www.lemonde.fr/international/article/2014/12/04/paie-des-militaires-comment-sortir-du-cauchemar-louvois_4534225_3210.html

Publicités