Mots-clés

, , , ,

L’expérience de Stanley Milgram

2015 04 08 - i-comme-icare-milgram-600x300

On fait croire aux participants que l’on réalise une expérience sur la mémoire et que l’on cherche à tester les effets de la punition sur le processus d’apprentissage. Le sujet tire « au hasard » un papier sur lequel est inscrit le Rôle qu’il tiendra durant l’expérience (le tirage au sort est truqué, il sera forcément le professeur). On demande donc au Sujet naïf qui sera obligatoirement dans le rôle du professeur, de faire apprendre des paires de mots (comme « chapeau – ballon ») à son élève qui est en fait un Compère (complice de l’expérimentateur).

Si l’élève donne une mauvaise réponse, le professeur (sujet naïf) doit lui administrer un choc électrique croissant de 15 volts à chaque erreur et cela de 15 jusqu’à 450 Volts où il est d’ailleurs indiqué « danger ».
Les chocs électriques ne sont pas réels mais ce qui est important c’est qu’ils le sont pour le sujet naïf.

http://www.psychologie-sociale.com/?option=com_content&task=view&id=60&Itemid=2

Lors des premières expériences menées par Stanley Milgram,
->  Tous les participants ont accepté le principe annoncé…..
->  62,5 % des sujets menèrent l’expérience à terme en infligeant à trois reprises les électrochocs de 450 volts

L’individu est habitué à obéir et à recevoir des récompenses que ce soit dans le domaine scolaire, familial ou professionnel.

Le sujet de Milgram ou « Monsieur tout le monde » va se conformer à ce qu’on attend de lui.

Des enquêtes préalables menées auprès de 39 médecins-psychiatres avaient établi une prévision d’un taux de sujets envoyant 450 volts de l’ordre de 1 pour 1000.

quelques minutes pour visualiser l’expérience : https://www.youtube.com/watch?v=KmmLHAXtsKo

Publicités