Étiquettes

, , , ,

L’un des échecs les plus retentissants de ces dernières années en matière d’informatique de l’Etat : l’ONP (Opérateur national de paie).
Ce projet, lancé en 2007, visait à rationaliser la paie des 2,7 millions d’agents publics, en la traitant dans un outil unique – le SI-Paye – alimenté par des SIRH modernisés au sein des ministères.
Des erreurs de Conception mises en lumière
  1. Intégrer toute la paie dans un calculateur unique. Alors que les trois quarts des éléments de paie ne représentent que 0,86 % des montants versés;
  2. 1 500 éléments de paie – là où de grandes entreprises se contentent d’une centaine de règles – et de nombreuses procédures spécifique;
  3. Synchronisation des référentiels communs nécessaire au Raccordement des 8 SIRH différents au SI-Paye.
Des erreurs liées à la Direction du Programme
  1. difficultés de coordination entre les ministères, chargés du raccordement de leur SIRH au SI-Paye, et l’ONP;
  2. le positionnement de l’ONP vu par les ministères comme une autorité « prescriptive et rigide », dictant ses spécifications et les faisant évoluer sans consultation;
  3. la faiblesse des maîtrises d’ouvrage, tant du côté de l’ONP (quatre DSI en 5 ans) qu’au sein des ministères, qui avaient d’autres priorités!

Une addition salée

La Cour des comptes chiffre à 346 millions d’euros les coûts de l’ONP, pour la seule partie SI-Paye
Bien peu de ce qui a été réalisé présentant un intérêt quelconque pour l’Etat, le SI-Paye a été dévalorisé à l’euro symbolique dans la comptabilité générale de l’Etat.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/budget/plf2013/b0251-tIII-a28.asp#P222_18393

Publicités